Atelier Formation

spectacle : Les Musiciens de Brême

 

 

L'histoire fait partie des contes de Grimm.

Le texte de ce spectacle écrit par Olivier Clarté est également joué par lui même en spectacle solo.

http://perso.calixo.net/~totem/breme.htm

Ce même texte a été présenté plusieurs fois par des groupes d'enfants.

Vous pouvez l'utiliser gratuitement avec votre classe.

En contre partie , veuillez simplement avertir la compagnie (totem-theatre@wanadoo.fr) et n'oubliez pas de mentionner systématiquement l'auteur Olivier Clarté ainsi que le Totem Théâtre de Colmar sur les supports de communication.

Vous pouvez aussi, mais ce n'est pas obligatoire acceuillir un des spectacles de la compagnie (et pourquoi pas le même joué par l'auteur).

Vidéo intégrale de 30 minutes - Atelier pour enfants et adolescents à Orbey en 2012 http://www.youtube.com/watch?v=LaQPsujasLo&list=UUOQ1sc58qTiUntc46bd-OhQ&index=1&feature=plcp

Le scénario est tout à fait exploitable en classe , les récitants peuvent être de quatre à douze en découpant et se partageant le texte par scéne.

Ce qui permet d'attribuer un rôle parlant à chaque élève.

Toutes les répliques devront s'enchaîner sans aucun temps mort .

R1 veut dire récitant 1 - P1 veut dire paysan 1 - SO1 veut dire sondeur 1

Le présentateur météo peut être doublé par un personnage traducteur en langage des signes

Le chien doit parler avec l’accent russe (d’ou la syntaxe particulière).

Le chat doit parler avec l’accent anglais.

Le coq avec l'accent de Marseille.

Si vous désirez avoir des conseils sur les techniques de base du jeu d'acteur vous pouvez visiter le site

http://perso.calixo.net/~totem/ttc/accueil.htm

 

 

Texte intégral

SCENE 1

R1: Un âne, un chien, un chat, un coq !

R2: Âne, chien, chat, coq !

R1: Âne, chien, chat, coq !

R2: Et des bandits, plein de bandits !

R1: Des malfaiteurs, des gangsters, des brigands, des canailles, des coquins !

R2: Des malandrins, des forbans, des rôdeurs, des voleurs ! Et des mauvais garçons !

R1: Ça commence ...

R2: Notre histoire commence ... par l’âne.

R1: Il était vieux, il était fatigué.

R2: Il ne pouvait plus, comme avant, aider son maître aux travaux de la ferme.

R1: Ses rhumatismes dans le dos et puis son arthrite au niveau des genoux.

R2: Toutes ces petites infirmités influaient sur son moral, il avait l’arthrite triste qui l’empêchait de porter les charges de bois quand le paysan allait en forêt.

R1: L’empêchait aussi de coltiner les légumes et fromages que la fermière allait vendre au marché.

R2: Aïïïe ! Ça fait mal ! Ouh !

R1: Et quand je touche ici ?

R2: Aïïïïe ! Mais t’es fou ! Arrête !

 

SCENE 2

P1: Non ce n’est plus possible, cet âne n’est plus bon à rien. Il ne fait que se reposer au soleil, dormir sur la paille.

P2: Et il nous coûte tout ce bon foin en hiver et son picotin d’avoine chaque jour.

P1: Ah ça non ! Il y a longtemps que je ne lui donne plus. Pas de travail, plus d’avoine.

P2: Il n’y a qu’à le vendre !

P1: A qui ? A qui ? A qui ? Personne n’en voudrait, il ne peut plus aider à tirer, à porter, à charger.

P2: Qui te parle de travail, le boucher du village pourrait en faire de très bonnes saucisses.

P1: A 8 Euros le kilo ... Mon ! J’aurai dû lui laisser ses grains d’avoine, il aurait bien pesé 300 livres.

P2: 1200 Euros !

P1: Au lieu de ça, nous serions bien aise d’en recevoir 250. C’est toujours ça, c’est dit, demain je l’emmène chez le boucher.

 

SCENE 3

Âne: Ah ça ! Toute une vie d’âne, toute une vie de travail ! Et mes maîtres pour me remercier de mon labeur, m’envoient à l’abattoir ! Pendant plus de 30 ans, j’ai transporté chaque jour cette femme au marché, et c’est elle qui veut me sacrifier ! Et mon maître, que j’ai aidé aux travaux les plus rudes ne dit pas un mot pour ma défense. Il veut me mener lui aussi à la mort ! Demain !

C’est tout vu ! Demain je serai loin, salut les vaches, salut les cochons, adieu vieux camarades, je m’enfuis pour ne revenir jamais.

Vache: Meuh, mais comment feras-tu pour vivre ?

Cochon: Ruiieh ruiieh, tu ne peux plus travailler !

Âne: Et bien ... Et bien ... Je ... Je chanterai! Je chanterai pour gagner ma vie. Ne vous inquiétez pas pour moi, adieu mes amis.

R1: Et le voilà parti ...

Vache: Meuh, il chantera ! J’aimerais beaucoup entendre ça.

Cochon: Ruiieh, ruiieh, il pleuvra. Je t’assure, partout où il sera, il chantera et il pleuvra ...

(rires) Meuh ruiieh Meuh ...

 

SCENE 4

R1: Sous la lune qui l’accompagnait, il a marché toute la nuit.

R2: Âne !

R1: Chien !

R2: Chat !

R1: Coq !

 

SCENE 5

Chien: Aïïe ! Fais attention petit père, tu m’as écrasé la patte.

Âne: Il fait encore sombre, excuse-moi le chien, mais que fais-tu aussi allongé en plein milieu le chemin?

Chien: Oh nous sommes sur chemin. Vois-tu, pour moi, chien de vieille aristocratie russe, il fait sombre tout le temps, je ne vois plus rien, moi être aveugle.

Âne: Pauvre bête ...

Chien: Et mon maître ne veut plus de moi à la chasse, je ne retrouvais plus perdrix et faisans qu’il tirait.

Âne: Pauvres bêtes aussi. Tu étais son complice, tu as sur la conscience la mort de tout ce gibier, ces oiseaux qui ...

Chien: Et les lièvres, chevreuils, cerfs, sangliers. Ah les sangliers, les poursuivre à travers taillis et ronces, à travers forêt ... Ouah, ouah, ouah ...

Âne: Quand même ! D’accord, c’était ton travail, mais tout ce sang !

Chien: Toi pas comprendre ! De toute façon, ça ne sert à rien, comprendre. D’ailleurs, comprendre quoi ? Comprendre que tout à l’heure quand soleil se lever, mon maître emportera sur l’épaule son fusil et une bêche. Je l’ai entendu dire, il me sifflera une dernière fois, je l’accompagnerai une toute dernière fois, mais il rentrera seul.

Âne: Il rentrera seul ! Tu veux dire ...

Chien: Da, c’est ma dernière nuit, je ne sers plus à rien et je mourrai aujourd’hui (chien de chasse, c’est aussi chien de fusil) mais je serai enterré milieu forêt, c’est petite consolation.

Âne: Non, mais c’est pas vrai! Tu vas te laisser faire ! Moi aussi, je devais mourir, je me suis enfui, il ne faut jamais renoncer à la vie!

Chien: Quelle vie? Comment faire pour vivre, je être plus bon à rien ...

Âne: Moi, je chanterai pour avoir à manger, et s’il fallait le faire, je danserais, même avec mes rhumatismes. Viens avec moi, nous serons deux et nous pourrons présenter un superbe concert.

Chien: Concert musique deux voix, je ferai basse, moi gueule de chien et toi, solo.

 

SCENE 6

R1: Et les voilà partis...

R2: Âne, chien, chat, coq !

R1: Nous avons l’âne, nous avons le chien!

R2: Manque le chat, manque le coq!

R1: Vers midi, à l’ombre d’un arbre, cachés derrière des taillis, ils se reposaient tous deux.

Chien: Snif, snif ! Il y en a un être par ici !

Âne: Un quoi, un qui ? Qu’est ce qu’il y a par ici?

Chien: Il y en a un, dans cette direction, pas loin, je le sens. Toi qui as des yeux, guide-moi, un chat, par là !

R1: Âne, chien, chat, coq !

R2: Nous allons bientôt voir apparaître le chat.

 

SCENE 7

Chien: Kaïïï kaï, il m’a griffé ! Où est-il ? Où est-il, que je lui brise échine d’un coup de dents.

Âne: Ah non, laisse le tranquille, sinon je marche à nouveau sur tes pattes avec mes sabots. De toute façon, tu ne peux plus rien faire à présent, il a grimpé dans l’arbre.

Chien: Minou, minou, minou, viens gentil minou, viens par ici, descends ...

Chat: Miaou, pas si bête, tu me crois idiot, tu penses que je ne vois pas clair dans ton jeu ? Si tu veux que je descende c’est pour me croquer.

Chien: Et alors tu fais bien pareil avec souris.

Chat: No monsieur ! Je suis végétarien, je ne mange que des légumes et du fromage.

Chien: Du fromage ! Ton maître est stupide que te donner fromage.

Chat: Il ne me le donne pas je le prends.

Chien: Voleur, sale voleur de chat, descends un peu, tu vas voir.

Âne: Moi je le portais au marché le fromage, c’était mon travail. Tu as peut-être mangé un de ceux que je transportais.

Chien: N’empêche, ton maître est stupide, on ne laisse pas chat se nourrir fromage.

Chat: No pas stupide, plutôt cruel, féroce, impitoyable. A cause justement du fromage, il veut maintenant me noyer dedans un sac jeté en la rivière.

Chien: Et bien voilà, ça c’est maître qui sait se faire respecter, voleur fromages ...

Âne: Tais-toi le chien, son maître est comme les nôtres: sans pitié, sanguinaire, sans, sans...

Chien: Sentimental ?

Âne: Ne plaisante pas ! On est comme toi le chat, on ne veut plus de nous ! Nous ne sommes plus bons à rien. Trop ceci, trop cela ...

Chien: Ouah, excuse-moi le chat, nous sommes semblables finalement et si tu te joins à nous, je te jure que je ne donnerai pas coup de dents.

Âne: Et pour le fromage nous en achèterons avec ce que nous gagnerons.

Chien: Da, nous chanterons, moi la basse, toi la deuxième voix et l’âne la première.

Chat: Miaou, j’ai entendu dire que dans la ville de Brême, ils adorent le musique.

Âne: Nous irons, nous irons à Brême, c’est une ville dans le Nord de l’Allemagne, d’accord le chien ?

Chat: Miaou, yes tu es d’accord le chien? Et je te promets moi, de ne plus te griffer. D’ailleurs la violence ne me plaît pas, elle ne m’a jamais plu. Ce sont les faibles et les timorés qui en usent. Ils se battent, prennent les armes parce qu’ils n’ont pas confiance en eux. Celui qui attaque, c’est celui qui a peur...

 

SCENE 8

R3: Et les voilà partis ... A Brême.

R4: Âne, chien, chat, coq !

R3: Nous avons l’âne rhumatisant, nous avons le chien, russe et aveugle, nous avons le chat végétarien anglais.

R3: Manque le coq !

R4: Qu’est ce qu’il sera celui-là ?

R3: Camionneur ?

R4: Aviateur ?

R3: Trapéziste ou autre chose encore ? Tenez le voilà le coq !

R4: Tout au bout du chemin, il avance vers nous.

R3: Ah non, autant pour moi, c’est une casserole !

R4: Avec deux pattes et qui court vers nous.

 

SCENE 9

Âne: Une casserole ?

Chien: Avec deux pattes.

Chat: Halte-là, la casserole ! On ne passe pas !

Chien: Depuis quand casseroles se promènent à travers pays ? Ouaf, je n’aime pas casseroles, quand moi être petit, les enfants de la maison m’attachaient, pour s’amuser, une casserole au bout de la queue.

Coq: Et bien pour tout vous dire, je n’en suis pas une, de casserole. Té, c’est un déguisement pour me cacher, me cacher et m’enfuir car on voulait me faire frire ou cuire, je ne sais plus.

Âne: Et bien montre-toi, avec nous tu n’as plus rien à craindre.

Coq: Je le voudrais bien, mais je ne peux pas, je suis tout nu.

Chien: Ça être pas grave, je ne verrai rien, je suis aveugle. Mais qui es-tu toi, tout nu, sous bassine?

Coq: Une volaille, plus exactement un coq, mais sans plume, c’est plus pratique paraît-il, pour rôtir dedans un four.

R4: Âne, chien, chat, coq !

R3: Ça y est nous avons tout le monde.

R4: Oui mais le dernier est déguisé en batterie de cuisine.

R3: Ahhhh ! Ses plumes repousseront.

R4: Abrakada Crac !

R3: Ça y est elles ont repoussées.

 

SCENE 10

Chat: Sais-tu le contre-chant le coq ?

Coq: Hé, peuchère, si je sais le contre-chant ? Mais je suis un professionnel, moi ! Le chant, le contre-chant, l’avant, l’arrière chant! Tous les matins je donnais des concerts gratuits sur le tas de fumier. Toutes les poules y assistaient, les canards, les oies et parfois même, le fermier pour me montrer qu’il savait apprécier me jetait depuis sa chambre une vieille chaussure ou un pot de fleurs. J’avais un certain succès, je dois dire.

Chien: Nous sommes un, (il compte)

Chat: Un seul musicien, c’est un solo.

Chien: Deux

Chat: C’est un Duo.

Chien: Trois

Chat: Ça, c’est un Trio.

Chien: Quatre, nous serons donc un quatuor.

Chat: Si nous étions cinq, nous serions un quintette. A plus nous serions un orchestre ou une fanfare ou encore une chorale.

Âne: Un quatuor suffira et qui va faire sa fortune dans la bonne ville de Brême. Venez, nous répéterons en chemin.

 

SCENE 11

R4: Ah ça pour répéter, ils l’ont fait !

R3: Âne, chien, chat, coq !

R4: Des braiments, des aboiements, des miaulements, des coquelicotements !

R3: Coquelicotement, ça n’existe pas !

R4: Coquoricotments ?

R3: Non plus.

R4: Coquements ?

R3: Toujours pas, on dit: le chant du coq.

R4: Bon ! Ça fait rien, vous aviez compris ce que je voulais dire. Et bien, c’était horrible, même à la Starac ils n’auraient pas pu en faire quelque chose.

R4: C’est tout dire, n’est pas chanteur qui veut !

R3: Il faut avoir de la voix et surtout être juste.

R4: Résultat ! Comme c’était si mauvais, il a plu ! Mais quand je dis pleuvoir, c’est pleuvoir !

R3: Tout juste s’il restait un peu d’air entre les gouttes pour pouvoir respirer.

R4: Je crois que le pays tout entier n’avait jamais connu de précipitations aussi monstrueuses.

R3: Des torrents de boue envahissaient les villes et villages.

R4: Des pans entiers de montagne s’effondraient.

R3: Sur des centaines de kilomètres les routes avaient été emportées.

R4: Les barrages s’étaient rompus et des mers d’eaux boueuses noyaient les champs à perte de vue.

R3: La nuit commençait à tomber sur cette terre sinistrée, submergée.

R4: Âne, chien, chat, coq.

R3: Ils étaient grelottants de froid, le poil et la plume gorgés d’humidité: les pluies.

R4: Les averses !

R3: Les ondées.

R4: Les cataractes...

 

SCENE 12

Chat: Il se fait tard, on ne peut dormir dehors, je déteste le pluie. Et c’est vraiment malheureux pour un sujet de sa Gracieuse Majesté que de ne point apprécier le pluie, le grêle, le neige, le brouillard. De n’y trouver, même en cherchant très fort, de n’y trouver aucun plaisir.

Chien: Il faut plutôt trouver abri pour se réchauffer.

Coq: Regardez là-bas à travers les arbres, une lueur.

Âne: C’est une fenêtre éclairée dans la nuit, allons-y, nous y demanderons l’hospitalité.

Coq: Doucement, il faut d’abord savoir à qui nous avons affaire.

Chat: Arrête de faire craquer les branches quand tu marches ! Derrière cette fenêtre éclairée, ce sont des inconnus et nous ne sommes pour eux que des animaux.

Chien: Toi avoir raison il faut être prudent.

Chat: Ho ! Mais ce sont des brigands, des malfaiteurs, des filous, des escrocs, des gangsters, des canailles, des fripouilles, des fripons, des coquins, des pillards, des bandits, des malandrins, des truands, des forbans, des larrons, des aigrefins, des rôdeurs, des voleurs et des mauvais garçons.

Âne: Ils sont nombreux, ils sont beaucoup, au moins 7,11, 12, 23, 32, 39. (il compte)

Chat: Quarante, ils sont quarante exactement et ils n’ont pas l’air, à première vue, très rassurants.

Âne: Plutôt rebutants !

Coq: Repoussants !

Chat: Rébarbatifs !

Chien: Ils ne m’inspirent guère confiance.

 

SCENE 13

Météo: (décor: une carte) Sur les Pyrénées orientales, un vent de force quatre, chargé de pluies.

Quand à l’ouest, un front d’orage le matin qui se transformera en pluie diluvienne toute l’après-midi et la soirée.

Sur le nord du pays, fortes pluies, 11° en température.

Dans le sud, Mistral soufflant à plus de 80 km/heure et 16° en moyenne.

15 à Perpignan, 14 à Lyon et 12 à Strasbourg.

Il semblerait que le temps dans notre pays ne se soit fortement déréglé pour la saison. Selon l’agence France Presse, ceci serait dû à l’intervention de quatre animaux qui durant toute la journée n’ont cessé de hurler.

Demain nous fêterons la St Hubert, qui justement est le patron de la chasse.

Prochain bulletin météo après le journal du soir.

 

SCENE 14

Brig1: Ventre Saint Dieux, demain sera une journée sans rapines !

Brig4: Sans meurtre !

Brig5: Sans assassinat !

Brig2: Par les feux de l’enfer, si nous brigands, ne pouvons plus travailler !

Brig3: Toute cette eau nous empêche à dérober l’or et l’argent.

Brig4: Des animaux ! Responsables de notre chômage technique.

Brig5: On aura tout vu ! Par le dieu des voleurs, montrez-les moi ces bestioles, que j’en fasse de la chair à pâté.

Brig2: Demain je prends mon fusil et mon grand couteau et je les trouverai !

Brig1: Je te suis !

Brig3: Et moi aussi !

Brig4: Nous y allons tous !

Brig5: Massacré, annihilé l’animal faiseur de pluie!

Brig1: Réduit à néant !

Brig3: Exterminés, supprimés les bestiaux !

 

SCENE 15

R1: Et tout en proférant ces menaces, vautrés, étalés par terre, ils piochaient avec leurs doigts dans les plats disposés autour d’eux à même le sol.

R2: La bouche et les mains dégoulinantes de graisse, ils engloutissaient pâtés et tartes.

R1: Côtelettes et crèmes anglaises.

R2: Gâteaux et friands.

R1: Bretzels et rôtis.

R2: Brochettes et terrines. Tout en buvant à forces lampées des vins et des Champagnes qui n’étaient autres que le fruit de leur vilain commerce.

R1: C’est pas du commerce, c’est du cambriolage ! Âne, Chien, Chat, Coq ! Tiens, comme voleur ils pourraient tenir compagnie de brigandage avec le chat.

 

SCENE 16

Chat: No monsieur ! Je suis végétarien. La viande ça me donne la peau jaune et des boutons partout.

Âne: Et nous ne buvons pas d’alcool !

Chien: Mais quand même, une petite côtelette, petite saucisse ou petit pâté.

Coq: Ou un morceau de gâteau avec la crème.

Chat: Il est vrai que nous n’avons rien mangé de la journée et il m’apparaît que même en demandant poliment, ces bandits ne partageraient rien avec nous.

Coq: Ni le repas, ni la chaleur du feu qui brûle dans la cheminée. Rien !

Âne: De plus, ils l’ont dit, ils nous découperaient en rondelles avec leurs couteaux. Il faut les faire partir, les effrayer, leur faire peur.

Chien: Leur faire croire que police vient les arrêter. Bandits toujours avoir peur de police.

Coq: C’est ça l’idée ! Toi le chien, grimpe sur le dos de l’âne, toi le chat par dessus le chien et moi par dessus toi. Et tous ensembles nous allons chanter ce qui est le plus terrifiant pour un gangster.

Âne, Chien, Chat: Quoi ?

Coq: Les sirènes ! Les sirènes de la police.

 

SCENE 17

R2: Et le chien grimpa sur l’âne.

R1: Et le chat sur le chien

R2: Et le coq s’envola sur le chat.

R1: Et devant la fenêtre, tous ensemble, du plus fort qu’ils pouvaient, ils chantèrent !

R2: Ils chantèrent ! Et leur chant, pour les bandits, provenait d’un être monstrueux, silhouette noire se découpant sur la fenêtre au milieu des éclairs de l’orage.

R3: L’âne tout excité avance d’un pas.

R4: La fenêtre dans une explosion de verre brisé cède sous le poids des animaux.

R5: La tempête entre à son tour et dans un hurlement d’apocalypse éteint le feu et toutes les bougies.

R1: Dans l’obscurité, silence ! ...

R2: Et puis la débandade ! 40 voleurs qui se précipitent par toutes les issues pour s’échapper.

R5: Ils se piétinent les uns, les autres, terrorisés par l’apparition et le chant monstrueux.

R4: Parvenus à l’extérieur, au milieu des éléments déchaînés, se heurtant aux arbres, ils continuent.

R3: Ils courent, ils fuient, ils décampent et s’évanouissent dans la nuit.

R1: S’évanouissent, ils sont tombés dans les pommes ?

R3: Laisse tomber, tu veux !

 

SCENE 18

Chat: Peux-tu me faire passer de ce merveilleux clafoutis aux cerises, encore je te prie.

Chien: Chili con carne être très relevé, délicieux.

Âne: Les pépites de chocolat et les grains de raisins secs craquent sous la dent. Tiens, mets-toi ça sous la langue.

Coq: Peuchère, le bretzel au fromage fondu, il est superbe.

Chat: Je pense que c’était une bonne idée que de rallumer le feu, mais il se fait tard, je vais dormir devant la cheminée.

Chien: Et moi près de porte.

Âne: Moi devant la fenêtre.

Coq: Té, je me percherai au sommet de l’armoire.

Brig1: Ventre Saints Dieux, nous sommes sauvés.

 

SCENE 19

Brig4: Nous sommes vivants.

Brig5: Par ici vous autres, arrêtez de courir! Regroupez-vous par ici.

Brig2: Mais qu’est ce que c’était ?

Brig3: Le cri le plus horrible que je n’ai jamais entendu.

Brig4: On aurait dit une sirène de police.

Brig5: Mais non, il n’y avait pas de gyrophares.

Brig2: C’était le diable ou un de ses serviteurs venu pour nous punir.

Brig1: Peut-être.

Brig3: Comment ça, peut-être ? C’était le diable.

Brig4: Ce n’est pas certain, il faisait noir et on a juste aperçu une silhouette gigantesque.

Brig5: Tu as raison, c’était peut-être une ruse, un piège pour nous faire partir, j’y retourne ! Attendez-moi ici.

Brig1: Sois prudent.

Brig3: Fais attention !

 

SCENE 20

R2: Le malfaiteur est arrivé à la maison.

R1: Il en a fait le tour prudemment.

R2: Aucun bruit, aucune lumière.

R1: Alors s’enhardissant, il a pénétré à l’intérieur.

R2: Tout était noir, il ne restait que quelques braises dans la cheminée, il a voulu enflammer une bougie. Âne, Chien, Chat, Coq.

R1: Il a marché sur la queue du chat.

R2: Celui-ci dans un miaulement a bondi en l’air, lui a labouré le visage de ses griffes.

R1: Il a vacillé, reculé et écrasé la patte du chien.

R2: Dans un grondement le chien lui a enfoncé ses crocs dans la jambe.

R1: Le bandit s’est dégagé et courut vers la porte.

R2: L’âne avec son cri à faire frémir lui a décoché un coup de pied magistral qui l’a catapulté à travers la fenêtre.

R1: Le coq en entendant tous ces bruits s’était mis à crier à tue-tête, demandant ce qui se passait.

Hé peuchère, qui est-ce qui nous embête ? Qui est-ce qui nous embête ? Qui est-ce qui nous embête ? Je vais faire une enquête. Eperdu, affolé, épouvanté, le gredin fuyait vers ses complices.

 

SCENE 21

Brig5: Ha mes amis, mes compères.

Brig4: Et bien, qu’as-tu vu ?

Brig5: Une sorcière abominable qui m’a lacéré les joues de ses ongles. Tenez, regardez !

Tous: Haaaaah !

Brig2: Et la blessure à ta jambe ?

Brig5: Un épouvantable géant y a planté son couteau.

Tous: Haaaaah !

Brig3: Et alors ?

Brig5: Un dragon à l’haleine fétide, d’un revers de sa patte m’a retourné et projeté vers le ciel.

Tous: Haaaaah !

Brig1: Ensuite ?

Brig5: Ensuite, le plus terrible, le plus abominable, un juge hurlait sans arrêt dans la nuit: Hé peuchère, qu’on lui coupe la tête ! Qu’on lui coupe la tête !

Tous: Haaaaah !

Brig1: J’abandonne le métier de voleur, c’est trop dangereux !

Brig4: Moi aussi ! Je trouverai un autre métier, un métier d’honnête homme. Pas trop fatiguant et où on gagne bien sa vie... Je sais pas moi ...

 

SCENE 22

Chat: No, le coq, nous ne savons pas qui est venu nous rendre visite cette nuit.

Chien: De toute façon, avec ma morsure, lui plus risquer à revenir.

Âne: Nous pouvons ainsi rester dans cette maison.

Coq: He peuchère, nous n’allons plus à Brême ?

Chat: Je pense que no, et je pense aussi que ce n’est plus la peine de continuer nos répétitions de chant.

Chien: Nous sommes trop bien ici, armoires regorger de victuailles.

Âne: Et bien d’accord, plus de chant !

Coq: Mais comment il va faire le soleil le matin, si je ne le réveille pas avec mon cri ?

Âne, Chien, Chat: Laisse tomber le coq ...

Âne: Il fera comme nous, la grasse matinée.

Chat: Tous les jours ... Au petit déjeuner, je prendrai un jus d’orange et un yogourt. A midi je mangerai léger, à cinq heures ce sera l’heure du thé avec un nuage de lait, sans sucre. Pour nous autres britanniques, l’heure du thé est le moment le plus important et le plus agréable de la journée.

 

SCENE 23 FIN et SALUTS

 

SCENE 24 (bonus facultatif)

A la fin des saluts, les acteurs deux par deux , munis d’un petit carnet et d’un stylo, surgissent au milieu des spectateurs en disant :

SO1: Sondage de la SOFRES: Les Brigands changent de métier, qu’ont ils décidés de faire ?

SO2: Je vous rappelle ce qu’ils ont dit :

SO1: Mais Oui ! Bien sûr ! Il a raison ! On gagnera beaucoup d’argent. Bonne idée. C’est vrai et on ne risquera plus rien. C’est la fortune ! Sans se fatiguer en plus !

SO2: Alors selon vous, de quel métier s’agit-il ?

SO1: Réponse A

SO2: Homme politique

SO1: Réponse B

SO2: Assureur

SO1: Réponse C

SO2: Banquier

SO1: Réponse D

SO2: Professeur des Ecoles

SO1: Réponse E

SO2: Autres (dans ce cas là, précisez...)

L'adulte responsble du groupe d'enfants , dans son discours final , peut communiquer aux spectateurs les résultats du sondage.

 

Totem Théâtre de Colmar

353 Les Jeunes Champs, 68370 Orbey, France

totem-theatre@wanadoo.fr

Index Navigation Accueil Plan
     
03 89 71 29 52

06 82 26 97 26