retour

LA MEMOIRE

 

    La mémoire, liée au fonctionnement du cerveau qui en est la base biologique, résulte d'une "programmation" purement psychologique grâce à des mécanismes multiples. Ainsi la mémorisation des données simples, comme la forme graphique d'une lettre ou des souvenirs complexes, dépend de nombreux processus entre différentes " couches " de la mémoire.
Les habitudes, la faim, la mémoire notamment jouent un grand rôle dans la perception ; beaucoup d'illusions d'optique sont dues à ces manifestations psychologiques ou corporelles.
Cependant où sont emmagasinées dans le cerveau ces informations ?

    Dans une expérience, des objets dessinés au trait noir sont montrés à des sujets volontaires. Ils doivent alors nommer soit une couleur, soit une action typiquement associée à ces objets. Résultat: lorsqu'ils nomment, et donc se rappellent, une couleur, une zone d'activation apparaît au niveau de la région ventrale du cortex visuel, juste en avant de la région impliquée dans la perception des couleurs. Les informations sur les différents attributs visuels d'un même objet (couleur, mouvement, etc.) ne sont pas stockées de façon unifiée en un seul point du cortex.

    Au contraire, les connaissances paraissent plutôt distribuées dans le cortex cérébral, selon un système de stockage de l'information où chaque attribut de l'objet est gardé en mémoire tout près de la région responsable de la perception de ce même attribut; la couleur jaune de la banane à coté de la région responsable de la vision des couleurs. Reste à relier le tout pour créer une représentation mentale complète de l'objet, et aboutir par exemple au concept de " banane ". Apprendre ce concept nécessite aussi de lier la couleur jaune à d'autres types d'informations, comme la forme, etc. L'hippocampe, structure située sur la face interne des lobes temporaux du cortex et site de convergence de tous les types d'informations sensorielles, jouerait un rôle essentiel pour établir ces liens. Cette région pourrait non seulement faciliter l'emmagasinage des souvenirs, mais aussi permettre leur récupération.

    Après l'activation chez l'homme des aires visuelles du cortex par un objet, lorsque nous gardons l'image en tête, le cortex préfrontal s'active lui aussi, et maintient la représentation mentale de l'objet en activant en retour le cortex visuel.
Les neurones du cortex préfrontal jouent un rôle analogue dans la mémoire à long terme. Par exemple lorsqu'on se rappelle, de façon consciente, une expérience passée ou un tableau vu dans une exposition. De très nombreuses études ont montré la participation du cortex préfrontal dans l'encodage et le rappel des souvenirs. Plus précisément, le côté gauche est activé lors de l'encodage de l'information de nature visuelle, et la partie droite lors de son rappel. L'activité du cortex préfrontal paraît alors corrélée à l'effort que l'on fait pour retrouver l'information en mémoire.

Haut de page