retour

C'EST LE CERVEAU QUI TRAITE LES INFORMATIONS

 

     

Les messages visuel transmis de la rétine par le nerf optique est véhiculé sous forme d’impulsions électriques (PA) dans les prolongements neuronaux jusqu’au cerveau.

Dans un premiers temps les informations visuelles provenant des deux yeux par les deux nerfs optiques se croisent en un point appelé chiasma optique. Là, la moitié des fibres de chaque nerf change de direction. Les fibres nerveuses issues des deux demi-rétines droites et des deux demi-rétines gauches se rejoignent pour former un nouveau conduit, le tractus optique.

 

 

 

 

HEMISPHERES CEREBRAUX VUS DE DESSOUS

 

Les fibres nerveuses stoppent au niveau de deux amas de neurones d’une taille avoisinant celle des noisettes : les corps genouillés latéraux. Ce sont des relais qui permettent de trier plus finement encore les fibres nerveuses selon la zone visuelle qu'elles «couvrent». Ensuite, un grand éventail de fibres nerveuses quitte chaque corps genouillé latéral et arrive à l'arrière du cerveau, au niveau du cortex visuel, situé dans le lobe occipital. Ce cortex occupe 15 % de la surface cérébrale et mobilise des centaines de millions de neu­rones avec leurs milliards de connexions.

 Le cortex visuel est com­posé d'une trentaine de régions différentes ou aires corticales. Toutes travaillent de manière complémentaire pour éla­borer une image unique et nette. Mais seul le rôle de quelques-unes est bien compris à l’heure actuelle

        La première, V1, est l'aire visuelle primaire. C'est la plus importante. Sans elle, on serait aveugle. Les informations en provenance directe de la rétine arrivent droit sur elle. V1 fait une première analyse des informations recueillies (forme, couleur, mouve­ment) et les distribue ensuite, aux autres aires.

La seconde, V2, qui reçoit beaucoup d’informations de V1, les trie de façon encore plus fine. Cette aire traite à la fois les contours (cercle, carré, ovale, etc.), l'orienta­tion (horizontale, verticale), les tex­tures (lisse, rugueux, etc.) et les cou­leurs.

Puis les autres aires sont stimulées, chacune dans leur spécialité :

V3 analyse les formes en mouvement et apprécie les distances.

V4 s'occupe du traitement des couleurs et des formes immobiles.

V5, elle, traite la perception des mouve­ments (direction et vitesse)...

 

A ce moment l’information visuelle se sépare en 2 :

 - Une partie emprunte une voie ventrale et se dirige vers le lobe temporal. Elle concerne l’identification des formes (contours et couleurs), donc en pratique elle permet de reconnaître les objets et les personnes.

          - L’autre partie emprunte une voie dorsale et se dirige vers le lobe pariétal. Elle concerne la localisation spatiale des objets et la coordination entre la vision et la motricité (déplacement, position et mouvement).

  

 

 VUE DE PROFIL DU CERVEAU

  

         Mais cette vision (c’est le cas de le dire !) n’est pas approuvée par tous les scientifiques d’aujourd’hui car certaines expériences ont prouvé qu’elle se révélait inexacte. On ne connaît à l’heure actuelle pas tout de des régions impliquées dans le mécanisme de la vision.

Haut de page